Chez l'enfant et l'adolescent :

 

L'évaluation peut être recommandée par un enseignant, un psychologue scolaire, un médecin ou d'autres professionnels. Elle peut également être demandée directement par les parents.

 

 

Quand demander une évaluation ?

 

Quand un enfant/adolescent n'avance pas comme prévu dans sa scolarité, avec des difficultés qui peuvent aussi émerger à la maison :

               ● Problèmes d'attention, de concentration,

               ● Difficultés pour certains apprentissages (lecture, écriture, calcul, coordination motrice...)

Mais aussi

               ● Troubles du comportement

               ● Difficultés de socialisation

Des éléments de l’histoire développementale peuvent parfois expliquer, au moins en partie, ces difficultés (complications à la naissance, prématurité, épilepsie, traumatisme crânien, stress post-traumatique…). Mais elles surviennent souvent en dehors de toute cause identifiée.

 

 

Dans une autre perspective, l'évaluation peut aussi être demandée quand la question d'un saut de classe se pose.

 

 

 

Objectif de l'évaluation et de la prise en charge

 

Quelle que soit l'origine des difficultés observées, l’évaluation neuropsychologique permet tout d’abord d’établir si elles sont le signe d’un retard d’acquisition transitoire, ou si l’on est en présence d’un trouble des apprentissages.

Dans le premier cas, l’évolution naturelle, accompagnée éventuellement d’une intervention brève s’avère suffisante.

Dans le second cas, un projet thérapeutique spécifique à la nature du trouble est nécessaire.

 

A chaque fois, l'objectif de l'intervention neuropsychologique est d'améliorer le fonctionnement de l'enfant/adolescent au quotidien, et de préserver, ou restaurer, son envie d'apprendre.

 

 

Description du bilan

 

Contenu

Un bilan complet comprend en général l'examen des domaines suivants :

     - fonctionnement intellectuel global

     - attention

     - fonctions exécutives : organisation, planification, flexibilité et inhibition

     - mémoire et capacités d'apprentissage

     - langage, lecture et écriture

     - coordination motrice et visuo-consruction

En fonction de la demande et des difficultés rencontrées, l'évaluation peut être approfondie pour un domaine particulier.

 

N.B. : Dans le cas d'une demande pour un saut de classe, le bilan peut être restreint à une évaluation de l'efficience intellectuelle globale (Q.I.).

 

Ce bilan détermine la nature et l'intensité des difficultés cognitives, mais aussi les fonctions préservées et les points forts.

En effet, on observe souvent des dissociations entre des capacités satisfaisantes voire excellentes d’une part, et des domaines qui mettent l’enfant / l’adolescent en échec par ailleurs. Ainsi, il est tout à fait possible d’être en présence d’un trouble de la lecture tandis que l’écriture ou encore le calcul sont préservés.

L’identification des forces est tout aussi importante que la mise à jour des difficultés, car elle indique les capacités sur lesquelles les intervenants peuvent s’appuyer pour aider l’enfant/l’adolescent.

Sur la base des fonctions préservées, il est en effet possible de mettre en place des stratégies pour contourner ou compenser les processus plus fragiles (remédiation fonctionnelle).

 

 

Déroulement

          1. Premier entretien avec les parents (45min à 1h) :

Avant de proposer des tests, un entretien approfondi est réalisé avec l'entourage familial. L'objectif est de préciser le motif de consultation et de retracer l'histoire développementale. A cette occasion, les bulletins scolaires peuvent être une source de renseignements précieuse.

Ce temps d'échange permet également d'expliquer plus concrètement le principe du bilan et de répondre à tous les questionnements qui peuvent émerger à ce sujet.

A l'issue de cet entretien, si nécessaire, des informations complémentaires sont recueillies auprès des enseignants, avec l'accord des parents (par le biais de questionnaires notamment).

 

          2. Passation des tests :      

Le bilan à proprement parler se déroule généralement en deux séances, de 2h chacune environ (pour l'évaluation du Q.I., une séance de 2h est suffisante). Des pauses sont proposées autant que nécessaire, et l'évaluation s'adapte au rythme de l'enfant/adolescent.

 

Le bilan donne ensuite lieu à la rédaction d'un compte-rendu de plusieurs pages, qui sera remis aux parents.

 

          3. Entretien de restitution avec les parents (45min à 1h) : 

Dans les deux à trois semaines qui suivent le bilan, un entretien de restitution est organisé avec les parents. Il permet l'explication des tests, de leurs résultats et des conclusions de l'évaluation. En fonction de ces conclusions, un projet thérapeutique est discuté, avec des propositions de prise en charge.

 

 

Et après l'évaluation ?

 

En fonction des résultats, plusieurs interventions peuvent être envisagées :

 

         ○ Prise en charge neuropsychologique avec la remédiation :

                      - exercices ciblés et réguliers d'une part

                      - accompagnement dans la mise en place de stratégies

Concrètement : la remédiation se présente généralement sous la forme d'une séance hebdomadaire d'environ 45 minutes, pendant 3 à 6 mois. Elle est proposée en individuel ou en groupe, en fonction des objectifs.

Si nécessaire, elle peut s'appuyer sur un travail à domicile plusieurs fois par semaine, notamment grâce à du matériel de remédiation informatisé disponible en ligne.

 

         ○ Séances de guidance parentale, en groupe :

Pour donner des clés au quotidien. Les groupes sont constitués de parents dont les enfants rencontrent des difficultés similaires.

 

         ○ Collaboration avec l'école :

Pour proposer des aménagements pédagogiques et ainsi améliorer le déroulement de la scolarité.

 

         ○ Suivis complémentaires :

En parallèle, un certain nombre de suivis, axés sur des troubles spécifiques, peuvent être recommandés : orthophonie, psychomotricité, ergothérapie, psychothérapie ou encore orthoptie.

 

 

 

 

 

L'évaluation et la remédiation sont proposées uniquement chez les enfants d'âge scolaire (à partir de 3 ans).

 

 

VERSAILLES

© 2015 par Sandrine FONTENEAU

Tél : 06 30 53 79 89

Sandrine FONTENEAU

Neuropsychologue